COMMUNIQUE DE PRESSE DU 08/07/2022 – Déclaration d’utilité publique pour Cigéo : voie sans issue

Elisabeth Borne vient de signer le décret de déclaration d’utilité publique du projet Cigéo d’enfouissement des déchets radioactifs les plus dangereux à Bure. (1)

Une décision hésitante dans un contexte nucléaire et politique incertain.

Alors qu’elle était annoncée pour 2021, la décision a tourné des mois autour du pot sur fond d’annonces ubuesques de renouvellement du parc (2) et de découvertes inquiétantes de corrosions sur les centrales existantes  (3). Problème : Cigéo n’est pas dimensionné pour accueillir les déchets nucléaires produits par de nouveaux réacteurs, ni pour gérer les combustibles usés dont les producteurs ne savent plus que faire (4).

Une décision dans la lignée de la loi ‘Longuet’ de 2016…

Rappel sur la loi Longuet : après une quinzaine de tentatives infructueuses depuis 2013 et une annulation par le conseil constitutionnel, c’est finalement le 11 juillet 2016 qu’une poignée de députés et un rapporteur en conflit d’intérêt car simultanément président du conseil d’administration du maître d’ouvrage (Andra), parviennent à voter cette loi sans aucun dossier valide, dans un hémicycle vide et en l’absence de la ministre concernée…

Une autorisation qui se passera du vote parlementaire…

Résultat de cette loi Longuet : la première tranche de Cigéo, celle qui demanderait le plus d’investissements et durant laquelle près de 3 000 m³ de déchets seraient enfouis, devient «phase industrielle pilote» (5). Dès lors, le lancement du projet n’est plus soumis au jalon parlementaire qui était initialement indispensable avant toute autorisation. (6)

Cigéo : la coquille vide ?

Mais Cigéo, en vérité, on ne sait ni combien ça coûterait, ni ce qu’on mettrait dedans, ni combien de temps ça durerait, ni si ça serait réversible…On ne sait même pas comment ça serait fermé…A tous points de vue, la faisabilité du projet est bien plus problématique que ne le soutiennent ses promoteurs  (7). L’enfouissement est une utopie fragile aux retours d’expériences catastrophiques. (8)

Meuse Nature Environnement exige :

– l’annulation de ce décret d’utilité publique,

– un moratoire sur le projet,

– l’abrogation de la loi n°2016-1015 du 25 juillet 2016

(1) Décret n° 2022-993 du 7 juillet 2022

(2)https://www.lemonde.fr/planete/video/2022/02/10/de-2017-a-2022-comment-emmanuel-macron-a-change-de-position-sur-le-nucleaire_6113173_3244.html

(3)https://www.youtube.com/watch?v=dFqe5-myawk

(4)https://www.criirad.org/Dechets-radioactifs/problemes.pdf

(6)http://burestop.free.fr/spip/IMG/pdf/calendrier_loi_longuetledeaut.pdf

(7)https://www.editions-harmattan.fr/livre-l_opposition_citoyenne_au_projet_cigeo_cadrage_geographique_et_enjeux_geopolitiques_locaux_et_globaux_pierre_ginet-9782343118819-53311.html            

(8) https://fne.asso.fr/dossiers/enfouissement-des-dechets-nucleaires-en-profondeur-un-desastre-annonce