Plantons des haies en milieu agricole

Un plan de relance pour planter des haies

Le plan de France Relance, annoncé par le gouvernement le 3 septembre 2020, comporte un important volet consacré à la transition agricole, alimentaire et forestière avec 1,2 milliard d’euros dédié à cet accompagnement. Ces crédits sont répartis selon cinq thématiques dont « accélérer la transition agroécologique au service d’une alimentation saine, sûre, durable et de qualité pour tous », en particulier la mesure « Plantons des haies ».

Cette mesure alimentée par une enveloppe nationale de 50 millions d’euros, vise l’objectif de 7 000 km de haies plantées sur deux ans, sur des surfaces agricoles, permettant ainsi d’augmenter significativement les dynamiques de plantations de haies et d’arbres alignés dans les pâtures et champs cultivés.

Les haies et arbres champêtres jouent de nombreux rôles d’intérêt général, protection de la ressource en eau, protection des cours d’eau, lutte contre l’érosion des sols, limitation des risques d’inondation mais aussi agronomiques par la contribution au bien-être animal, effet brise-vent, refuge pour les insectes pollinisateurs et auxiliaires des cultures, stockage de carbone et environnementaux de par les abris qu’ils procurent à de nombreuses espèces animales, ce sont des supports de la diversité végétale, des maillons de la Trame Verte et Bleue. Mais c’est aussi un ‘autre paysage’ que l’on peut offrir aux marcheurs et amoureux de la nature.

Ces projets relèvent de l’agroforesterie, mode d’exploitation des terres agricoles associant des arbres et des cultures ou de l’élevage. Cette pratique ancestrale est aujourd’hui mise en avant car elle permet une meilleure utilisation des ressources, une plus grande diversité biologique. Les arbres, par leur système racinaire, créent, dans les couches profondes du sol, des conditions qui favorisent l’alimentation en eau et en minéraux des cultures de surface, les arbres permettent aussi de diversifier les productions ; bois d’œuvre, bois énergie, fruits, fourrage pour les animaux… Ils limitent également la fuite des nitrates, ce qui réduit la pollution des nappes phréatiques. La fertilité des sols peut aussi en bénéficier par les feuilles des arbres qui fournissent un important approvisionnement en biomasse susceptible d’être minéralisé. L’utilisation des légumineuses fixatrices d’azote, comme l’acacia, en association, contribue à l’alimentation azotée des cultures… réduisant ainsi l’utilisation d’intrants de synthèse. Les animaux consomment du saule blanc, recherchant ainsi l’aspirine naturelle et ce depuis l’antiquité.

Les arbres et haies ont la capacité d’absorber le CO2 et de stocker le carbone, permettant ainsi d’atténuer les effets du changement climatique.

Meuse Nature Environnement accompagne les agriculteurs ou collectivités qui, sur des terres agricoles, envisagent de tels projets de plantation de haies et d’arbres. L’accompagnement consiste à établir le diagnostic-terrain en fonction des objectifs et du contexte, à prévoir la conception, à choisir les essences, à élaborer le montage du dossier technique permettant l’octroi de subventions, à engager les fournitures, l’achat des végétaux et la protection vis-à-vis du gibier et à suivre la mise en place. L’aide financière est d’importance puisqu’elle s’élève à 90 % du coût du projet.

On ne peut que se féliciter d’une telle action mais, aujourd’hui encore, combien de haies et d’arbres sont encore détruits au prétexte qu’ils représentent des contraintes agricoles…

N’hésitez pas à contacter notre référent :

Bernard MEURISSE
Bernard MEURISSE

Chargé de mission Aménagement
Technicien paysagiste sur les projets d’aménagement de vergers, de haies et d’autres missions en rapport avec le paysage et l’agriculture.

Courriel : b.meurisse@meusenature.fr

N’hésitez pas à promotionner cette action conduite par MNE !