Communiqué BURE STOP 55 – Colère et inquiétudes à l’annonce de la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) pour Cigéo

Vider le territoire pour y enfouir des déchets radioactifs ?
La Demande d’Utilité Publique de Cigéo fait des vagues
.

Avec le dépôt de la DUP pour Cigéo effectué en catimini en août dernier, l’Andra provoque une colère ou une inquiétude nouvelle chez certains élus locaux et paysans, mis au pied du mur. Au delà des opposants de la première heure, certains expriment maintenant vigoureusement leur désenchantement (AFP 9/10 2020) !

Fini le miroir aux alouettes du « labo » sans déchets nucléaires chez vous.

Paysans et élus locaux vont devoir affronter une toute autre réalité : si le projet Cigéo est déclaré d’utilité publique en 2021, d’immenses chantiers de travaux préliminaires vont bouleverser en profondeur le territoire pour les paysans mais aussi pour les habitants. Le projet Cigéo a besoin pour se réaliser d’immenses espaces fonciers, acquis patiemment en faisant jouer les enchères et les rivalités entre propriétaires, et… de tranquillité. C’est ainsi que des paysans sont déjà partis sur des terres d’échanges et que de nombreux champs et terrains ne sont plus exploités. Et les propriétaires encore récalcitrants pourraient se voir expulser, sous couvert d’utilité publique. Ceux qui restent voient le prix des terres et des bois flamber et toute perspective de vivre au pays et de s’y implanter s’évanouir. Le territoire annexé et en mal d’avenir pourrait bien se vider pour faire place au plus gigantesque projet industriel du siècle.
La politique menée jusqu’alors par l’Andra et qui privilégiait l’échange est révolue. Avec l’utilité publique, le projet Cigéo pourrait s’imposer au territoire, par le biais des expropriations et des autorisations de travaux…

Un projet d’inutilité publique ?

Derrière cette « utilité publique » se profile une incroyable incohérence ou duperie. L’Andra propose au gouvernement d’estampiller un projet industriel dont la masse d’inconnues majeures et non résolues ne fait que s’accroître. Comment le gouvernement pourrait-il déclarer d’utilité publique un projet dont le dossier de demande d’autorisation de création n’a pas encore été déposé, dont le coût actualisé n’est pas encore connu ? Les oppositions pourraient bien encore s’amplifier. A la campagne, on le sait, mettre la charrue avant les bœufs est un non-sens. Le gouvernement ne doit pas donner le feu vert à cette demande de DUP, sous peine d’imposer à tous un projet au mépris de la sûreté et des codes qui logiquement doivent protéger les hommes et leur environnement.

Passé le temps du mirage, le nucléaire ne séduit plus en Meuse/Haute-Marne. Le vent tournerait-il ?

Comment ne pas faire un parallèle avec le projet de laverie nucléaire Unitech, près de Joinville ? La mobilisation de nombreux élus, associations et habitants ne faiblit pas. Mais, fait plus inattendu, alors que la Préfecture de la Haute-Marne a donné son accord, le Conseil départemental de la Haute-Marne a récemment opposé son avis défavorable. A quand une prise de position similaire sur Cigéo ?

L’opposition pourrait bien s’élargir avec cette nouvelle prise de conscience

Il est plus que temps qu’élus, paysans et habitants réagissent pour stopper les premiers travaux -entrepris avant toute autorisation de création- et la phase industrielle pilote qui marquerait une dangereuse implantation : celle d’une mégapoubelle nucléaire aux risques immenses et impossibles à résoudre. Nous nous y emploierons.

Source de l’article : http://burestop.free.fr/spip/spip.php?article975